Histoire géographie

A quoi ressemble l’histoire-géographie à l’Ecole française de Belgrade ?

 

 

Si vous décidez d’inscrire votre enfant  à l’Ecole française de Belgrade, il recevra 3 heures de cours d’histoire-géographie par semaine de la Sixième à la Seconde, puis entre 2 et 4 heures en Première et Terminale suivant la spécialité choisie. Cependant, à quoi vont ressembler ces cours d’histoire-géographie à l’Ecole française de Belgrade ? Seront-ils centrés sur la France ? Accorderont-ils une place à l’histoire serbe ?

Les programmes d’histoire-géographie seront ceux fixés par le ministère français de l’Education, tous les établissements de l’immense réseau de lycées français de l’étranger s’y conformant. Toutefois, ne croyez pas que ce qu’étudiera votre enfant sera centré sur la France. Celle-ci est bien sûr plus présente que dans les contenus proposés par les autres écoles internationales. Néanmoins, c’est seulement à 2 niveaux sur 7 (en Troisième et Première) qu’elle est pleinement au centre des thèmes étudiés. Les programmes enseignés à l’Ecole française de Belgrade se veulent ouverts sur le monde. Ainsi, pour l’année du baccalauréat, les élèves sont projetés vers de multiples horizons : l’Union européenne, mais aussi la Chine et l’Asie du Sud et de l’Est, le Sahara et le continent africain, le Brésil, les Etats-Unis et le continent américain, le Proche et le Moyen Orient…

D’ ailleurs, l’enseignement de la géographie qui est plus valorisé que dans d’autres systèmes éducatifs, étant présent de la Sixième à la Terminale, et qui, autre spécificité, est associé à l’histoire- privilégie les problématiques universelles. Deux des fils conducteurs sont la mondialisation et le « développement durable ». Il est à remarquer que la géographie enseignée aujourd’hui dans les écoles françaises est assez novatrice. Elle ne se focalise plus sur la géographie physique (fleuves, montagnes, ressources….), comme c’est le cas dans beaucoup d’autres systèmes éducatifs ; elle s’intéresse bien plus à l’interaction entre les sociétés humaines et leurs territoires, l’aménagement du territoire, les différents acteurs qui interviennent. C’est une géographie qui veut rendre compte des dynamiques, des flux de notre monde contemporain et qui veut apporter un esprit critique, y compris sur les cartes. Une fois que les élèves ont atteint une certaine maturité, elle valorise la géopolitique en s’efforçant de donner des clés de lecture pour comprendre les conflits actuels dans différentes régions du monde.

Pour ce qui est des programmes d’histoire, l’enseignement français aspire à combiner les apports de la pédagogie ancienne et ceux issus des questionnements plus modernes. Contrairement à d’autres systèmes internationaux, il continue à accorder une certaine importance à l’acquisition de repères chronologiques. De la Sixième à la Troisième, les élèves avancent progressivement dans l’histoire, partant de la Préhistoire pour arriver au terme de quatre années à l’époque contemporaine, étudiant par exemple les attentats du 11 septembre 2001. Puis, en Seconde, ils repartiront dans l’Antiquité pour remonter de nouveau vers le XXIème siècle, mais avec des problématiques et des démarches plus complexes. Cependant, l’ enseignement français a incorporé de nouvelles perspectives pédagogiques, ajoutant à certaines séquences de cours magistral de régulières mises en activité des élèves, que ce soit à travers l’ analyse critique de documents, des études de cas, des travaux de recherche pluridisciplinaires, la préparation de débats, de jeux de rôles… Il valorise d’ ailleurs de plus en plus les exercices de production créatifs ainsi que la réflexion critique sur les médias, tout spécialement sur internet. Par ailleurs, les enseignants s’emploient à établir des ponts entre les questions traitées par les programmes serbes et l’histoire des Balkans, de la Serbie et de la Yougoslavie.

Par ailleurs, l’enseignement d’histoire-géographie peut être, pour les élèves qui le veulent, reçu dans deux langues, à savoir le français et l’anglais. Il suffit de choisir l’option dite DNL en section européenne. Il ne s’agit pas de répéter deux fois la même chose dans deux langues différentes, mais de revisiter le programme français à travers un angle anglo-saxon, plus international, en valorisant l’ histoire et la géographie du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

En résumé, l’ enseignement de l’ histoire-géographie dans l’ école française de Belgrade s’ attache à être en phase avec le monde d’aujourd’hui marqué par la mondialisation, valorisant esprit critique et ouverture sur le monde sans tourner le dos à la réalité locale serbe et balkanique  où il s’ inscrit.